Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2012

DES TROIS DROITES A LA DROITE ETROITE

Ok, tout le monde a relevé avec jubilation l’analogie entre le duel Copé Fillon et la série Dallas, la semaine même où son héros, Larry Hagman, passait l’arme à gauche, enfin … à gauche… Pourtant, est-ce bien à l’aune du PAF qu’il faut juger une aussi désolante affaire qui remodèle la droite autant qu’elle enterre les vieux schémas et célèbre le triomphe de Narcisse. Peu probable…

Enfiévrés par un duel de mâles domino, choc de pulsions égotiques, plus que de civilisation, tous les scribouillons de la place boivent la tasse et le bouillon en doctes analyses sur l’éclatement de la famille gaulliste et/ou le retour traditionnel aux trois droites, chères à René Rémond, la légitimiste, l’orléaniste et la bonapartiste. Certes, depuis longtemps ce triptyque a été reconditionné en droite populaire, droite sociale et droite humaniste, dans une tentative pensée par les stratèges sarkozystes pour ramener les brebis égarées au bercail. Qu’importe, l’antique définition garde de son panache et son bois patiné confère une belle autorité aux éditorialistes qui le lustrent.

Toute la famille de l’UMP entre François Fillon et Jean-François Copé

Et vas-y que je te convoque la (contre-) révolution française, sur l’autel d’une lutte fratricide de petits coqs, sans comprendre que la véritable nouveauté de ce temps politique est la mise au rebut définitif des idéologies autant que des convictions, dans la seule considération de l’extrême pragmatisme et de l’opportunisme le plus radical, quelles qu’en soient les conséquences. Et manque de bol, cette fois-ci la conséquence conduit à la dissémination façon puzzle de toute la stratégie minutieusement mise en place depuis des mois pour contrer la politique du gouvernement Ayrault, tandis que les trois droites volent en éclat dans de baroques alliances de circonstances.

Le libéralisme, aka Me, myself and I

Que de ces pyramides rédactionnelles d’où la semaine dernière nous contemple, on tire l’audacieuse conclusion d’une décomplexion de la droite, concomitante à la mort du gaullisme, soit. Puisque les mots des cons plexés servent de punchline ânonnées aux glands boutonneux à Weston de l’UMP, c’est que ça doit être vrai : tout balai dans le cul et missel dans le gosier soient-ils, ces morveux qui ont la rue de la Convention pour seule référence révolutionnaire, se lâchent velu dans une surenchère dragée Fuca plus inspirée de Bigard que de Maurras. D’ailleurs cet autre Jean-Marie, n’a-t-il pas aussi baisé les pieds du souverain pontife. Habemus papam, man. Quand au grand Charles, pas Maurras, l’autre, il a bien fait de sucrer les fraises au retour d’un voyage en Irlande pour y chercher l’oranger célébré par Bourvil.

« Parce que le gaullisme était l’opposé d’une posture et d’un égoïsme, parce qu’il était arbre de convictions et assimilation d’un nom à un destin collectif, il ne pouvait que se heurter frontalement aux mœurs ambiantes »

Parce que le gaullisme était l’opposé d’une posture et d’un égoïsme, parce qu’il était arbre de convictions et assimilation d’un nom à un destin collectif, il ne pouvait que se heurter frontalement aux mœurs ambiantes, où de petits vampires névropathes se contemplent le nombril atrophié dans le miroir de l’immédiat. Il était surtout, chantre de l’économie mixte, le dernier rempart affirmé contre l’absolu libéralisme, cet autre nom du Me I and myself, « moi, moi mon moi », qui a atomisé la société en autant d’antagonismes qu’il est de particuliers, au grand et unique bonheur du marketing de niches. Avant on mettait ses couilles sur la table, désormais on y pose sa bourse. Exit de Gaulle, mais les trois droites, schéma classiquement rassurant pour les lézards de la pensée éditorialiste, n’en sont pourtant pas davantage reconvoquées par le réel. L’étroite droite, à la rigueur.

Que nous ont tous t-ils dit ? Qu’à nouveau, dans ce rassurant ressac d’une Histoire plan-plan, le duel fratricide entre Copé et Fillon, en embuscade duquel maraudent le reptilien Borloo et la sépulcrale NKM, épouse la tradition séculaire (amen) de la droite accouchée par la Révolution. On aurait donc d’un côté, Copé le Bonapartiste, s’appuyant davantage sur le peuple que sur l’institution, décomplexé à souhait, portant haut le mythe du chef à la manière d’un Sarkozy homme à tout faire, et flattant l’opinion à coups de pains au chocolat. De l’autre, Fillon et Borloo qui navigueraient dans les eaux orléanistes, le premier davantage dans le sillage de Louis-Philippe, tenté par un autoritarisme paternel et une vision sociale davantage empreinte de charité que de solidarité et le second, plus libéral velléitaire, élevé dans les charentaises du radicalisme et du pépère louvoiement. Enfin, à l’extrême, bien que n’épousant plus exactement ce schéma tout en s’en rapprochant depuis peu, on trouverait, dans le corsage de Marine, un ersatz de droite légitimiste, se vivifiant à l’air des réformes sociétales poussées par François Hollande.

La pire Télénovela sous le regard rancunier et goguenard d’Alain Juppé,

Les trois droites, c’est nous !

C’est cela, oui. Sauf à ne considérer que les têtes de gondole figurées par les deux marioles qui draguent la Cocoe (fallait pas avoir peur du ridicule sur ce coup de naming) et confient l’UMP à la plume incertaine du pire scénariste de télénovela sous le regard rancunier et goguenard d’Alain Juppé, cette analyse tutoie l’abracadabrantesque et la suprême flemme intellectuelle. Parce qu’enfin, la grande nouveauté réside justement dans la répartition des enfants des droites bonapartistes et orléanistes dans les deux camps, au mépris de tout autre logique que celle de l’égo et de la surenchère décomplexée. La seule droite qui se dégage de cet agrégat incertain est simplement électoraliste et moche, prête à rompre toutes les digues sur l’autel d’une très éphémère victoire… Parce que le pragmatisme sait aussi montrer son cul à la sagesse et porter en son sein les embryons des futurs massacres, parce qu’il sait aussi jouer les apprentis sorciers sans jamais verser son obole à un romantisme déconsidéré… Cela donne d’improbables alchimies à l’heure où les girouettes se font derviches tourneurs, quand le lion pactise avec le babouin, contre le crocodile et la chèvre.

En clair, regardons ceux qui se pressent dans le champ des caméras, derrière les histrions Copé et Fillon, et monnayent chèrement leur place sur la photo du grotesque, sans qu’il soit possible d’en tirer la moindre ligne politique.

Chez Fillon, Laurent Wauquiez et son « cancer de l’assistanat » serait orléaniste, tandis que chez Copé, le placide Raffarin, bercé à l’ombre de René Monory serait bonapartiste ? Wouarff

Chez Fillon, Eric Ciotti, l’homme qui voit partout la nationalité bradée et fut le chantre de la Droite populaire aux côtés du délicat Christian Vanneste, n’aurait pas davantage d’accointances avec son adversaire copéïste Lionnel Luca qu’avec sa consœur filloniste Valérie Pécresse ?

Chez Fillon, Claude Guéant, l’homme de la croisade anti-immigration de Sarko, pour qui « toutes les civilisations ne se valent pas » et fait l’amalgame entre le vote des étrangers et l’imposition de la nourriture hallal dans les cantines vaudrait mieux que la nouvelle groupie du maire de Meaux, Nadine Morano qui, de son « Moi, j’aime beaucoup Marine le Pen », « partage les mêmes valeurs » que les électeurs du Front National ?

N’en jetons plus, la cour est pleine et la preuve est faite. Dans chaque camp, de NKM à Christian Estrosi, complexés et décomplexés, orléanistes et bonapartistes, partouzent gaiement, dans le mépris assumé du peuple autant que de la cohérence, quitte à faire boire à l’opinion le calice jusqu’à la lie.

Finalement, s’il faut une référence, tous ces gens sont enfants de Guizot et de son fameux « Enrichissez vous par l ’épargne et le commerce », indépassable horizon du cataclysme égotique qui submerge notre monde.

Et comme dirait le bon Raffarin : la route est (à) droite, mais la pente est rude…

Boîte noire

11/06/2012

TARTUFFE ET LE CORSAGE DE MARINE

En_Attendant_Tartuffe_-_Picolo_Theatre.jpgIl est souvent de bon ton et délicieux de citer la tirade de Tartuffe : « Couvrez ce sein que je ne saurais voir ». Il est moins fréquent de rappeler la réplique implacable que Dorine et sa conclusion : « Et Je vous verrais nu du haut jusques en bas / Que toute votre peau ne me tenterait pas. »

Ces quelques vers maintes fois célébrés gagnent encore en vigueur en ce lendemain de premier tour de l'élection législative, au regard du langage tenu envers le Front National, tant pas le droite que par la gauche.

 

Pour les premiers, à l'image de la phrase de Tartuffe, la tentation est grande et le trouble immense. Si on ne peut se résoudre ouvertement à réclamer une alliance pour sauver quelques soldats, ni regarder en face le corsage de Marine, on a déjà étalé toute sa faiblesse pour la chair des idées du FN, avec une hypocrisie qui n'est plus que de convenance. Plus encore qu'au lendemain du premier tour de la présidentielle, les digues sont définitivement rompues; avec d'autant plus de force que les premières fuites avaient emporté les étais constitués des restes du centrisme humaniste. Faisant mine, sans pudeur, d'ouvrir grand les bras aux électeurs du FN, à l'image de Nadine Morano, c'est déjà presque du parti d'extrême droite en lui-même qu'on reluque les rondeurs, envoyant quelques éclaireurs pour en tâter la fermeté, après en avoir épousé et chanté les antiennes.

Il y a dans cette danse nuptiale, hélas, les prémices d'une danse macabre, quand les apprentis sorciers, pour sauver l'instant, hypothèquent l'avenir.

APRES LE SERMENT, L'AVEUGLEMENT

Pour les seconds, tout émoustillés de leur probable domination au soir du second tour, la phrase de Dorine sert de doctrine et le désistement républicain de refrain. Mais une fois le serment déclamé et l'honneur préservé, l'aveuglement reprend ses droits pavloviens, comme si l'agrégat des valeurs auto-proclamées de la gauche était à jamais imperméable aux coups du réel. Ainsi le cruel revers subit par Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont marque-t-il l'échec d'une lutte stérile inspirée de la méthode coué, comme celui des verts, devenus hermétiques à l'écologie, mais friands de grandes déclamations pour un accroissement d'un libéralisme sociétal érigé en priorité nationale. Ce n'est pas en niant les problèmes et les interrogations d'une frange croissante du peuple voire en la culpabilisant, que l'on mettra un terme à la pénétration des (fausses) idées du Front National. L'ouvriérisme social fantasmé de Mélenchon, associé à un discours erroné sur l'immigration, parviendra d'autant moins à séduire les classes populaires (de quelque origine, sexe et catégorie d'âge soient-elles) qu'elles sont en première ligne sur ces sujets. Le front contre front, sans autre recette qu'une surenchère radicale, n'a aucune chance de succès contre le parti de Marine le Pen, d'autant plus que ce dernier pousse son avantage par un discours qui colle aux inquiétudes réelles des électeurs, faute d'apporter la moindre solution crédible et républicaine.

MEPRIS DE CLASSE ET CLIENTELE D'INITIES

Ce n'est pas non plus, à l'image de la gauche libérale, en disqualifiant la population de nombreux territoires sous les accusations de xénophobie, d'inculture et de repli identitaire que l'on répondra à une véritable perte de repères et à l'accroissement de la précarité économique. Et que dire des analyses florissantes qui jouent les centre-villes éclairés et dignes contre une France rurale et péri-urbaine ne méritant plus la considération et pouvant être abandonnée à son sort ? De ce point de vue le récent et très méprisant « reportage » de la revue Tecnnikart sur la Creuse intitulé « La bouse ou la vie » est un must qui a été dénoncé violemment par une fronde local menée par la jeune Elyse Khamassi, et depuis relayée largement sur la toile. Il exprime, mieux que tout autre exemple, la morgue aveugle d'une gauche empêtrée dans ses contradictions et s'adressant en priorité à une clientèle d'initiés encore (pour combien de temps ?) préservée des soubresauts du monde.

A ce petit jeu, quand le processus de recomposition de la droite sera consolidé, sur les bases nouvellement posées par le Front National, et qu'il ne sera plus question de poser un mouchoir pudique sur la poitrine de Marine, commencera alors la lente agonie de la République et de ses principes.

A moins que....