Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2012

AFP : L'AGENCE TRANCE GRESSE

Dans la même semaine l'AFP s'offre un joli cumul de mandales qui se perdent, se roulant dans la glue de la lexicologie identitaire, avec l'air de pas y toucher, dans son inimitable style de procès verbal de flic anémique. Ainsi, au gré de plusieurs dépêches :

l-usurpation-d-identite-progresse-sensiblement-en-france-photo-afp.jpg

1°) Elle nous apprend, que les Français de confession ou de familles juives, sont « hébergés » par la République Française...

2°) Reprenant (en partie de travers) une étude de l'INSEE sur les immigrés en France et leur descendance, au regard de l'école et de l'emploi, elle jongle joyeusement avec l'expression « Français de souche », usité à la fois par la gauche et la droite identitaire. Elle scinde ainsi à la louche la citoyenneté à partir d'un concept qui n'a pas le moindre sens et que l'INSEE se garde bien entendu d'employer. A la suite de Libération, déjà coupable du forfait, va-t'on désormais hiérarchiser la nationalité sur des critères de botaniques et de dendrologie ?

Sans doute contaminée par ces enthousiasmes sémantiques, la branche francilienne de l'INSEE elle-même, dans la partie du même rapport consacrée à sa région, nous assimile gentiment les personnes originaires d'Outre-Mer à des immigrés, lançant un nouvel uppercut à la face d'une citoyenneté décidément mal en point. Ouch !

A la prochaine, hein....


A lire :

 

31/05/2012

QUAND LIBERATION RACIALISE

Froid dans le dos ce matin au réveil. J'ai d'autres écritures sur le feu, mais je me dois de les mettre en suspend quelques minutes pour me pencher sur la Une de Libération du jour. Là, ils se sont dépassés, ajoutant des méthodes « racialistes » à leur propension déjà ancienne à la promotion d'une gauche identitaire. Cette gauche identitaire qui réduit l'espace d'expression républicain et participe à la division du pays, au service des extrêmes, et contre le message salutaire porté durant toute la campagne présidentielle par François Hollande. La « UNE » de Libé donc, avec ce titre la barrant en gros caractères : « Parité, diversité. LES CABINETS BLANCS DE LA REPUBLIQUE ». Libération, racisme, gauche populaire, gouvernement, cabinet, demorand, bourmeau, wuyilu


Le concept ? Dénoncer la très nette prééminence des « blancs » dans les rouages et cabinets du nouveau gouvernement. C'est une réalité, comme c'est sans doute une réalité au sein de la rédaction de Libération. Même si la question n'est pas prise par le bon bout, le problème existe et peut être soulevé autrement... on y reviendra.

La méthode ? C'est là que ça coince. L'analyse des noms de l'ensemble des nouveaux membres des cabinets sur une seule base ethnique et raciale. Cela s'appelle du « racialisme », du comptage racial, de la discrimination... Outre que ça passe radicalement à côté du vrai problème, à savoir la question du fonctionnement de l'ascenseur social, c'est dangereux, délétère et anti-républicain, s'apparentant aux méthodes utilisées par les pires identitaires de droite et du Front National, corroborant par ailleurs toute les craintes de la Gauche Populaire concernant une radicalisation de ces comportements sur les deux bords de l'échiquier politique.

Au final, ce qui est encore plus néfaste, c'est que cette entreprise de délation passe sous silence le véritable scandale qui se niche dans la composition de l'ensemble des structures de décision et de pouvoir en France et qui ne porte pas tant sur l'origine « ethnique » que sur les milieux sociaux dans lesquels s'effectuent les recrutements. C'est ce resserrement culturel du cercle des élites et le népotisme, auxquels contribue d'ailleurs une bonne partie de la presse et des médias, dont Libération, qui ne laisse d'inquiéter et prouve combien la mécanique du renouvellement et du progrès social est grippée. C'est sur ce terrain là, au regard de la reconnaissance des compétences des potentiels et du mérite que la gauche est attendue, dans une vision scrupuleusement républicaine... Pas sur la question purement raciale et le jeu des quotas, dans une vision communautariste américaine.

Mais dieu (ou un autre) merci, une part importante de la gauche, bien au delà de notre collectif, fait part de sa stupéfaction et condamne la une de Libé avec vigueur. On peut lire à ce sujet le billet de l'élu lyonnais Romain Blachier Libération: racial avant d'être social ?, mais aussi cette réaction fort à propos de Samuel Thomas, le Président de la Fédération de la Maison des Potes (pourtant lié à SOS Racisme) : « Libération se fourvoie ! Rabaisser le "profilage" d'un conseiller comme celui d'un élu ou d'un ministre à sa couleur de peau ou a son origine nationale ou ethnique est d'une bêtise politique confondante. Plus qu'une bêtise politique qui abaisse ceux qu'on est censé vouloir aider, cela contribue à la chute de tout principe antiraciste. Un principe : ne jamais juger une personne sur sa couleur, ne se trahit pas au gré des intérêts qu'on défend. Celui qui demande des places par quotas de couleur, au lieu de réclamer la nomination des personnes qui se sont affrontés au terrain, n'est pas très à l'aise avec les idées socialistes et antiracistes. »

Voilà, la messe est dite. J'attends maintenant avec curiosité la réaction de Jean-Marc Ayrault, voire celle de François Hollande, qui une fois de plus pourront méditer la prière voltairienne : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis.... »

13:48 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : libération, libé, bourmeau, demorand, racisme, identitaire, gauche populaire, wuyilu | |  Facebook | | | |