Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2012

RETOUR SUR GUELACK - HISTOIRE D'UN DOC - EPISODE 2

EPISODE 2 - CONTEXTE ET RESUME DU PROJET GUELACK

En dépit de l'actualité qui en donne une image troublée, le Sahel d'aujourd'hui ne seguelackh ciel cadre.jpg résume pas à la présence d'Al-Qaïda et aux convois de désespérés qui se destinent à l'émigration clandestine, loin s'en faut. Cette vision aussi spectaculaire que parcellaire, bien que représentant une part indéniable de la réalité, masque l'acharnement de certains hommes et femmes à oeuvrer pour le développement d'un territoire immense, martyrisé par les fléaux climatiques et économiques. Au premier rang d'entre-eux vient la grande sécheresse des années 70 qui a livré près de 500 000 km2 au désert et fait d'innombrables victimes, sans connaître de rémission. Aujourd'hui, deux nouveaux drames viennent s'ajouter à ce désastre écologique : la flambée des prix des matières premières et la crise financière moguélack,france 5,narrative,géraldine sroussi,jay sroussi,olam prod,sahel,afrique,sénégal,sécheresse,wuyilundiale, qui impacte fortement l'économie locale, depuis qu'elle s'est déportée sur la sphère « réelle ». De ce point de vue la UNE du quotidien Libération de ce 17 août, consacrée à la flambée des prix du blé, du maïs et du soja est éloquente. Partout dans le monde, spéculation sur les matières premières, mauvaises récoltes et déréglements climatiques menacent de manière croissante la survie de nombreuses populations et avivent les tensions politiques. Désormais même l'occident n'est plus à l'abri. Cela permettra-t-il de passer de la prise de conscience à l'action coordonnée... rien n'est moins sûr.


Au Sénégal comme ailleurs, l'ensemble de ces facteurs contribue à alimenter le désarroi des populations locales et particulièrement des jeunes issus des campagnes. Tiraillés entre le respect des traditions, personnifiées par les anciens, et une vision fantasmée de l'Occident, les appelant au large, ils sont le plus souvent déboussolés à l'heure du choix. Emigrer clandestinement vers l'illusoire «eldorado» européen ? Se perdre jusqu'à la dissolution dans les périphéries misérables des grandes villes ? Ou retourner dans leur village pour essayer de lutter contre l'inexorable apparent ? Aucun de ces chemins ne prête à rêver, mais le dernier constitue le seul à même d'ouvrir la voie vers un développement autonome prenant en compte les impératifs écologiques. C'est en tout cas le pari lancé par les habitants de Guélack, petit village situé à une trentaine de kilomètres à l'Est de Saint-Louis.

LE PACTE

IMG_0847.JPG

A l'origine, il y a deux cousins, Ousmane et Doudou Sow. Deux cousins liés par un pacte scéllé durant l'adolescence, qui décident, en 1989, de retourner à Guélack, village d'origine d'Ousmane, pour tenter de le faire revivre. A partir des septs cases traditionnelles encore intactes à l'époque, il vont créer un véritable projet de société solidaire et écologique et oeuvrer pour l'étendre aux zones environnantes. Là où nous commençons tout juste à remettre nos comportements en cause, les hommes et les femmes de Guélackh réfléchissent depuis plus de vingt ans à un mode d'évolution qui n'hypothèque pas l'avenir et mènent toutes leurs actions en conséquence dans une approche participative et globale fondée sur une regard politique autant que philosophique établissant une combinaison harmonieuse entre collectivisme non doctrinaire et propriété individuelle.


DES METHODES ET DES HOMMES

PanneauxSolaires.JPGTransformation du lait en fromages pouvant être vendus - idée folle en plein désert - lutte contre la desertication par la RNA (Régénération Naturelle Assistée), développement de l'énergie solaire, fermes écologiques et culture biologiques basées sur l'agro-élevage et l'usage exclusif du compost, recherche d'alternatives écologique dans tous les domaines, de la culture du riz (bio) à la fabrication de teintures naturelles pour les textiles, considération d'un développement passant par la cohésion sociale et la libération de la femme, l'éducation et l'amélioration des pratiques sanitaires, tels sont les piliers du projet mené dans cette enclave verte au coeur du Sahel. 


L'ENJEU DE LA TRANSMISSION

Internat.jpgCentre de formation et internat des jeunes de Guélack

Cependant, essentiellement portée par deux hommes dont le charisme et la force de caractère sont exceptionnels, l'expérience de Guélack constituera une solution viable à l'unique condition de voir la jeune génération prendre le relai et témoigner de la même détermination que les deux cousins. La question est centrale depuis le début. Elle a justifié la création d'un Centre de Formation où les jeunes de Guélack et des villages environnants étudient pendant quatre longues années avant de créer leur propre exploitation selon les préceptes inculqués par les deux cousins. Mais si la formation est essentielle, elle ne remplace pas la foi indispensable pour lutter au quotidien dans un environnement hostile où tout est bien souvent à recommencer. Cela amène Ousmane et Doudou Sow à arpenter la région sans relâche pour tenter de convaincre les populations du bien fondé de leur démarche et faire évoluer des comportements. L'enjeu est de taille, considérant qu'une meilleure maîtrise des problématiques environnementales jouera un rôle crucial dans le développement économique et la lutte contre la migration climatique en Afrique.

potager.jpg

Cultiver dans le sable : possible


A SUIVRE « RETOUR SUR GUELACK - HISTOIRE D'UN DOC - EPISODE 3 - FOCUS SUR LA DESERTIFICATION ET LA SECHERESSE

"SAHEL, GENERATION DURABLE"

Jay Sroussi / B.Sire - Wuyilu

01/06/2012

LISEZ RAGE MAG

Outre que j'y entame une collaboration épisodique, je ne saurais que trop vous conseiller la lecture de l'excellent web-zine politique et culturel RAGEMAG - c'est intelligent, drôle, et idéologiquement tout à fait en dehors des sentiers battus. Son accroche résume assez bien les choses :

« Il y a en moi un mélange d'anarchiste et de conservateur dans des proportions qui restent à déterminer. » Georges Clemenceau

ragemag3.png

13:31 Publié dans Loisirs, Musique, Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ragemag, journal, magazine, webzine, culture, politique, wuyilu | |  Facebook | | | |

16/05/2012

PETITE DIGRESSION CULTURELLE 1 : AVA ANTICO

CONCERT : Ava Antico (Carine Joe : chant / Gaelle Deblonde : violon / Jc Vivron : guitare)

ava antico,concert,musique,wuyiluIl existe de ces moments de grâce qui se cachent au détour d'improbables soirées, dans des recoins de cave, à l'ombre du marketing et de tous les formats. Je parle ici de musique. On le sait, on le dit, l'offre musicale mainstream et le petit glaçon trop bien taillé qui émerge de l'immense iceberg de la création. On le sait, on le dit, et on continue pourtant à ingurgiter ces matières informes et trop sucrées, concoctées dans les cuisines de majors et qui sont à la musique ce que le plat au micro-ondes est à la cuisine. Et dans l'une matière, comme dans l'autre, nous continuons à consommer dans une flemme courroucée et vaguement coupable.

Heureusement « L'improbable » nous vient parfois en aide. En la circonstance, ce fut se rendre par un vendredi pluvieux dans la cave surannée du café « Le Chat Noir » pour y écouter le groupe Ava Antico, formé par la chanteuse Carine Joe, le guitariste JC Vivron et la violoniste Gaelle Deblonde. Pour être honnête je me dois de dire qu'ayant joué avec les deux derniers durant de nombreuses années (d'où ma présence ce soir là), j'avais plutôt un a priori favorable avant d'aborder ce petit concert. Pourtant, pour avoir suivi la destinée de tous mes anciens (et nombreux) camarades, je me dois aussi de dire que n'ai jamais ressenti le besoin d'écrire la moindre ligne au sujet de leurs travaux. Mais voilà, parfois, un maigre public, ainsi qu'une salle peu engageante et mal équipée figurent le contexte idéal pour fermer les yeux, se étendre complétement, et se laisser aller à une irrépressible émotion.

Il est d'abord question d'alchimie, de véritable notion de groupe et de complicité musicale, tant dans le sens que dans la forme. Textes, voix et arrangements (davantage encore que composition propre), forment un tout aussi narratif qu'atmosphérique. La voix (impressionnante) de Carine Joe glisse et revendique, le violon, souvent agrémenté d'effets judicieux, tantôt enveloppe, tantôt rappe, mord et raconte les fêlures, tandis que la Gibson SG arpège et griffe dans une sonorité à la fois perlée et légèrement crunchy. Je disais fermer les yeux, tant ainsi un film se dessine dans l'imaginaire, quelque chose d'une histoire de Loreleï dans le monde moderne, où attirance et répulsion, envoutement et inquiétude, se télescopent en permanence. C'est ce velours du rideau rouge que l'on veut caresser et écarter d'un coup, pourtant saisi de l'appréhension de ce qui se trouve derrière. C'est l'élégance d'une naissance et d'un corps trop parfaits qui font pourtant hésiter, tant on suppose que l'approcher conduit vers la face sombre d'un Dorian Gray. C'est le monde d'un rock minimaliste et tendu qui expérimente le passé au futur. On retrouve des fragrances de grands anciens, de Tom Waits, Gainsbourg ou Fontaine à la sophistication de Wainwright, sans identification propre et quelque chose de forcément moderne puisqu'intemporel. De manière subliminale, Ava Antico livre une vision aussi poétique que politique dans sa démarche. Une vraie vision populaire, au sens de ce peuple qui se lève et fait avancer la société, en contradiction avec l'idée de la gauche compassée et sociétale que nous connaissons aujourd'hui. On y trouve les chants libérateurs du Front populaire, autant que ces revendications qui n'ont pas encore été mises en musique pour accompagner les bouleversements du monde de demain.

Bref, assez étonnant de voir tout ce qu'on peut inclure dans une formule aussi simple qu'évidente, menée par des musiciens dont la maîtrise scénique et technique ne diminue en rien la capacité émotionnelle. Donc, comme le disait Brel, « Ma seule certitude... enfin... peut-être... c'est qu'il faut aller voir... » Allez voir Ava Antico.

www.noomiz.com/avaantivo

http://www.myspace.com/avaantico

 

12:05 Publié dans Loisirs, Musique, Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ava antico, concert, musique, wuyilu | |  Facebook | | | |