Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2012

RADICALEMENT CONTRE TOUTE RADICALITE

BILLET DE MAUVAISE HUMEUR

Voilà, François Hollande est Président. Ca c'est fait... Pour le reste, il faut reconnaître que la gauche dite « de pouvoir », à peine installée réveille le débat intellectuel... parfois à son corps défendant. Ce fut déjà le cas durant la campagne ; ca l'est encore plus aujourd'hui....

Il y a la Gauche Populaire (1), dont je me réclame (voir les billets précédents), une forme de « gauche identitaire » érigeant le multiculturalisme en « point de départ de la construction sociale » comme le dénonce le politiste Laurent Bouvet (2), voire une « gauche Converse » (3) pour le sociologue Jean-Pierre le Goff, sorte de gauche minimaliste mais médiatiquement hégémonique qui s'est arrogée le monopole d'une haute morale dont le seul barème est sa proximité avec l'idéal parisien. Bref, gauche ainsi, gauche cela, gauche « Converse », chacun aurait gauche à son pied, bien qu'il en faille deux, de pieds, pour marcher droit. Et encore, je ne dis rien ici des multiples fractions de l'extrême gauche ou d'un centre gauche sur lequel je me suis déjà longtemps étendu dans les pages de ce blog.

Pendant ce temps, la Grèce coule dans l'indifférence des médias et des dirigeants européens (j'y reviendrai dans une prochaine note). Quant au peuple, enfin débarrassé de Sarkozy, il s'en retourne, inquiet, vaquer à ses occupations et à l'incertitude, tandis que nous parlons de lui. Cherchez l'erreur.

La seule certitude que j'ai acquise, au cours d'une vie polymorphe toute entière exempte de doctrine, conçue comme un voyage à travers toutes les catégories, tous les milieux, des plus fermés aux plus ouverts, des plus huppés au plus populaires, est que la chose qui manque le plus à l'humanité tient davantage à l'empathie qu'à la théorie, davantage à l'imaginaire qu'à la référence. Quelle que soit l'opinion développée et le camp représenté, l'Histoire a toujours coalisée les radicalités pour faire taire la raison. De la Révolution Russe, aux évènements iraniens de 1979, en passant par la guerre d'Espagne, toutes les voies médianes ont toujours été écrasées, bien qu'elle aient été les déclencheurs. Tous les camps pouvaient s'enorgueillir de penseurs pétrissant d'une main émue et tremblante leurs références intellectuels et les soutiens de leurs pairs. Cela a fait avancer des causes et des débats, cela n'a jamais contrarié les massacres nés de nobles analyses. Il manque toujours cette empathie qui prévient l'ivresse de soi et fait regarder l'autre en le considérant, justement, à la fois autre et accessible à soi-même. Il manque toujours cette véritable conscience de celui auquel on s'adresse et dont l'expression s'appelle communication : ce mot honni des uns et esclave des autres.

On commence par des anathèmes, d'un camp contre l'autre, puis quand l'ennuie ou la victoire retournent les haines, on se massacre joliment entre-soi, d'abord par la plume des penseurs puis à coup de baillonnettes, avec d'autant plus de ferveur qu'on tient le rôle du procureur qui donne procuration au peuple pour tenir le fusil à sa place.

Je vais retourner faire un peu de musique, cette expression qui dit tout ce que l'âme a de trésors et de colères, sans jamais blesser.

Bonsoir...

1°) le blog Gauche pop http://gauchepopulaire.wordpress.com/

2°) 3 : Laurent Bouvent : « Le sens du peuple », Gallimard 2012

2°)  http://fluctuat.premiere.fr/Societe/News/La-gauche-Converse-a-t-elle-pris-le-pouvoir-3357446

 

 

 

 

 

 

22:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gauche, gauche populaire, wuyilu | |  Facebook | | | |

08/05/2012

QUELQUES MOTS ET DEUX SLOGANS QUI SE CONFONDENT

Bon, je vais vous surprendre en vous apprenant une nouvelle absolument incroyable. Si, si ! François Hollande est devenu Président de la République d'un pays qui s'appelle la France.

Je ne dis pas cela uniquement pour les retardataires, ceux qui ont confondu le week-end de l'élection avec celui de l'Ascension ou sont partis depuis trois ans pour tenter de comprendre la raréfaction du thon rouge en analysant les peintures de la grotte Chauvet. Non, je le dis pour tout le monde, y compris ceux qui étaient à la Bastille et ne pouvaient pourtant envisager sérieusement la chose il y a encore une semaine. J'en suis, et je dois la faiblesse d'avouer que jusqu'au dernier moment j'ai imaginé un drame ou je ne sais quelle dérive institutionnelle nous obligeant à nous coltiner le petit nerveux pour une petite décennie supplémentaire. Parce qu'en vérité, le slogan qui prend le pas sur tous les autres aujourd'hui, ce n'est pas tant : « Le changement, c'est maintenant » que « Sarkozy, c'est fini » et en soi, cela constitue déjà une tel changement que, ma foi, ces deux accroches se confondent désormais dans une coalition heureuse. Soulagement....

Même ma petite fille en est devenue lyrique et, se prenant pour Malraux, félicite à sa manière le nouveau Président....

15:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : françois hollande, france, élection présidentielle, 2012, wuyilu | |  Facebook | | | |

04/05/2012

MELENCHON vs PETIT JOURNAL / LE RETOUR DES VICHINSKY

Mélenchon, petit journal, canal +, 2012, élection présidentielle, françois hollande, wuyiluIl s'est passé avant-hier un petit événement médiatique qui pourrait sembler anecdotique et très parisano-parisien, s'il ne témoignait d'un état d'esprit qui est peu à peu en train de pourrir la très belle campagne de François Hollande et sa volonté d'œuvrer de toute ses forces pour le rassemblement républicain, l'apaisement de la France et la réaffirmation des belles valeurs qui fondent notre pays. Après les saillies grotesques de Sylvain Bourmeau à l'égard de la Gauche Populaire, la sortie de Jean-Luc Mélenchon à l'encontre d'un journaliste du « Petit Journal » de Canal + est tout simplement inqualifiable et inquiétante, tant elle prouve que, derrière une gauche responsable, humaniste autant que réaliste, pour laquelle j'appelle à voter des deux mains (mais après demain), il existe toujours une autre gauche, sectaire, caricaturale, brutale qui s'inspire davantage de Beria et Vichinsky que de Pierre Mendès-France ou Jaurès.

On peut ne pas aimer le fameux « esprit Canal », condamner l'intrusion du pur divertissement dans l'univers politique, bien que je considère parfois « Le Petit Journal » comme faisant davantage œuvre de journalisme critique que nombre d'éditorialistes de salons. On peut ne pas aimer et même dénoncer. Mais les propos de Jean-Luc Mélenchon, outre d'ôter toute valeur et sens aux mots et aux concepts, montrent combien l'approche du pouvoir aiguise les ressentiments et que l'humanisme revendiqué par le leader du Front de Gauche relève davantage d'une esprit de vengeance que d'une posture républicaine. Ce blog s'était déjà interrogé (ici) sur cette question il y a quelques semaines et les craintes évoqués semblent se justifier.

Qu'on en juge. Interrogé par un journaliste du « Petit Journal » quant à la signification qu'il attachait au 1er mai, Jean-Luc Mélenchon l'a violemment pris à parti en les termes suivants : « Ça ne vous regarde pas, c'est pas pour vous. C'est la classe ouvrière, c'est la gauche. Au revoir, allez-vous en ! Vous êtes la vermine Front National. Allez hop ! du balai... Laissez pas le Front national approcher les camarades... jetez ça ! Ça va les fachos ? Allez à votre manif là-bas, à Jeanne d'Arc...» « Ca va les fachos, on connait le Front National, on connait ses méthodes ... »  (à voir ici à partir de 9 min 28)

Est-ce cela la gauche ??? L'assimilation honteuse au fascisme de toute personne n'ayant pas l'heur de plaire ? La menace et l'intimidation pour seule argumentation ? Le refus de la tolérance, de la liberté de penser, de la mansuétude, de la mesure ?

Je refuse de le croire. Ce comportement est pourtant du même niveau que les récentes atteintes aux journalistes dans les meetings de Nicolas sarkozy ou de la brutalité du service d'ordre de Marine Le Pen.

Dimanche je voterai avec enthousiasme pour François Hollande qui, au-delà de son programme, aura donné avec caractère, détermination et humanité, une tournure véritablement républicaine à cette campagne tout en rejetant l'ivresse de soi dont sont victimes les autres candidats. Je voterai pour François Hollande, tout comme Jean-Luc Mélenchon. Cela constituera la seule épine dans l'expression de mon suffrage, tant cet homme foule aux pieds certaines des valeurs que je défends. Je préfère ici saluer l'honneur de François Bayrou qui, en annonçant hier qu'il votera aussi pour le candidat socialiste, à fait preuve d'une certain courage, à l'inverse de nombre de ses « amis » politiques.


 

11:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : mélenchon, petit journal, canal +, 2012, élection présidentielle, françois hollande, wuyilu | |  Facebook | | | |