Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

PETARD, QUELLE HISTOIRE !!!

duflot,ps,cannabis,ayrault,législatives,2012,hollande,addictions,alcool,drogue,wuyiluIl pourrait être utile que les écologistes s'appliquent à eux-mêmes la théorie de la décroissance, notamment dans le domaine de la parole. Ainsi, Cécile Duflot, nouvelle Ministre de l'Egalité des Territoires et du Logement, mise sur le devant de la scène par la question épineuse de l'éventuel blocage des loyers à la relocation, n'a pu s'empêcher, dans la foulée, de souffler une volute de polémique en faisant à nouveau tourner la question de la légalisation de la fumette. Serait-ce l'arrivée des beaux jours et du mois de juin qui lui a enjoint de rouler sur le sujet du joint, ou plus sérieusement le besoin de marquer la différence des verts à l'approche des législatives, notamment à l'égard d'un PS que la matière fait tousser ?

Évidemment, la réponse est dans la question. Comme le dit Daniel Cohn-Bendit, il ne s'agit pas d'une « boulette », mais bien d'une parole délibérée, dans la cohérence de la ligne de EELV, cherchant à ressusciter et autonomiser une formation qui a, hélas, depuis longtemps abandonné le terrain de l'écologie politique pour s'épanouir dans le champ sociétal.

Une tactique à quatre feuilles

Une tactique à quatre feuilles ? Évidemment. La première feuille est l'expression d'une volonté d'existence par l'affirmation de la différence politique, après la déculottée d'Eva Joly à la Présidentielle, la seconde une menace brandie contre le discours hégémonique du PS dans sa quête d'une majorité absolue aux législatives, la troisième, un coup de canif assumé contre la charte de gouvernement imposée par le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, la dernière une manœuvre maladroite pour faire réagir la droite et ringardiser son discours. Sauf que « tactique », ne signifie pas « bonne tactique » et qu'il y a fort à parier que la fumée de ce joint sera nocive pour toute la gauche. Outre qu'elle donne des arguments à ceux qui se gaussent par avance du retour de l'anarchie inhérente à l'alliance bancale entre verts et socialistes, elle témoigne de l'incapacité des gouvernants à hiérarchiser les priorités, y compris dans un climat de crise aigu, où la question sociale devrait mobiliser toutes les énergies. On pouvait déjà faire ce reproche au vibrionnant Nicolas Sarkozy et à ses équipes, on constate que personne n'en a le monopole. Elle souligne, une fois de plus, l'influence délétère de certains courants qui, incapables de se concentrer sur la souffrance du peuple et alliés objectifs du libéralisme, cherchent toutes les voies pour déplacer les marqueurs idéologiques de la gauche vers les questions sociétales au détriment des fondamentaux sociaux. C'est à l'avenant du débat racialiste sur la promotion d'une « diversité » érigée comme une fin en soi, expurgée des notions de mérite, de structure et d'origine sociale, ou de la question de la parité elle-même délestée des mêmes composantes.

Un vrai débat politique sur l'addiction

Il s'agit pourtant d'une véritable question, autant que d'un complexe problème de société. Raison de plus pour ne pas en faire le prétexte épisodique d'un chantage électoraliste. Aux cris d'orfraie d'une droite méprisante d'une réalité et de ses causes, répond la manigance laxiste d'un parti qui n'a cure des conséquences sociales d'une consommation à outrance du cannabis.

Sans doute faut-il arriver à la libéralisation du cannabis, en parallèle à un contrôle accru de la distribution et une information sans tabou sur les effets à long terme du produit, sur la mémoire, la concentration, l'énergie vitale et la santé en général - la question de la dépendance étant à écarter en dépit de son existence sur le seul plan psychique. Mais il faudra bien un jour, sans forcément s'appuyer sur une conception empruntant au marxisme, s'interroger sur le rôle de la société, du libéralisme et de l'apogée de l'individualisme dans la situation que nous connaissons, au regard de l'explosion de la consommation de stupéfiants et autres substances addictives. Il est quand même assez étrange que ce soit ceux-la même qui s'affirment comme les plus rétifs et les plus favorables à la légalisation du cannabis qui représentent les deux catégories les plus inspiratrices de l'évolution néo-libérale et/ou individualiste de la société. L'impact de cette évolution est d'autant plus violente en France, qu'elle nage à contre-courant des principes fondateurs de la nation. Ainsi, plutôt que de traiter, une fois de plus, les conséquences avant les causes, il serait temps de lancer un vrai débat sur la question de l'addiction au regard de l'évolution sociale, économique et politique de la société, et ne plus se cantonner aux seules considérations de santé publique et de sécurité. Répondre politiquement à des interrogations comme : pourquoi les Français sont champions du monde de la consommation de psychotropes ? Pourquoi, 25% des jeunes (sachant que sans doute bien d'entre-eux n'en font pas l'aveu) consomment du cannabis ?* Pourquoi la France a t'elle le peuple le plus pessimiste du monde ?**, commencerait à avoir du sens et à crédibiliser l'action publique, davantage que d'afficher des chiffons rouges (incandescents) cinq jours avant les premier tour de législatives assez risquées pour la gauche.

* Voir les Études de l'ESPAD, European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs, sur le sujet : http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/donneesnat/espad.html

** Enquête annuelle : BVA-Gallup International : http://www.bva.fr/fr/sondages/les_francais_plus_que_jamai...

 

 

 

14:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : duflot, ps, cannabis, ayrault, législatives, 2012, hollande, addictions, alcool, drogue, wuyilu | |  Facebook | | | |

01/06/2012

LISEZ RAGE MAG

Outre que j'y entame une collaboration épisodique, je ne saurais que trop vous conseiller la lecture de l'excellent web-zine politique et culturel RAGEMAG - c'est intelligent, drôle, et idéologiquement tout à fait en dehors des sentiers battus. Son accroche résume assez bien les choses :

« Il y a en moi un mélange d'anarchiste et de conservateur dans des proportions qui restent à déterminer. » Georges Clemenceau

ragemag3.png

13:31 Publié dans Loisirs, Musique, Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ragemag, journal, magazine, webzine, culture, politique, wuyilu | |  Facebook | | | |

29/05/2012

CONFLIT D'INTERET ET INTERET DU CONFLIT

Le blogueur Juan, impitoyable et délicieux chroniqueur du règne sarkozyste, vient de lancer une invitation pleine de bon sens à l'adresse de l'ensemble de ses confrères écrivant à propos du champ politique, en les enjoignant de déclarer les conflits d'intérêts pouvant altérer la probité de leurs billets. Ca tombe mal, j'en vis beaucoup et je trouve ça souvent passionnant. L'intérêt des conflits d'intérêts tient notamment dans le scrupule qu'on peut avoir à dénoncer tel ou tel d'entre-eux en l'observant à l'aune des siens et l'inclinaison à se montrer ainsi plus clément dans ses jugements. En fait, non, ça ne marcconflit d'intérêt, blog, sarkofrance, juan, wuyiluhe jamais ainsi, et l'homme, orgueilleux et imprudent, se jette à gorge déployée sur sa potentielle victime sans faire grand cas de ses propres turpitudes. Gniark, c'est bien fait. C'est sans doute dommage, mais je n'irai pas plus avant dans des considérations judéo-chrétiennes qui me vont mal au teint. Déclarons donc :

 

1°) Etiquetté (par je-ne-sais-qui) de centre gauche, je ne fais pourtant pas mystère de mes accointances avec les odieux conjurés de la Gauche Populaire, prenant désormais plaisir (heu, non pas du tout) à me faire traiter de überlepéniste par les apprentis-sorciers de la gauche miaou-miaou-ultralibérale-progressiste-terra-novienne.

2°) Bien que soucieux de l'indépendance de mon blog et de son esprit (qui est le mien), cet insupportable amalgame avec les quelques déviants sus-mentionnés, qui osent publier dans cette feuille fascisante qu'est Marianne, m'a conduit à accepter de collaborer au magazine culturel Rage Mag, organe peu enclin à se soucier de bien-pensance, fut-elle de gauche.

3°) Cette collaboration épisodique entre en conflit avec la course à l'audience bloguesque, à laquelle je ne participe pas, mais quand même, c'est plus cool quand j'ai des lecteurs directement ici...

4°) Je reconnais, plus sérieusement, le véritable conflit d'intérêt lié à certains frottements entre mon activité de rédacteur / communiquant et ma ligne de blogueur. Je ne parle jamais de certaines sociétés, même quand elles jouent avec la morale que le public réprouve (ou l'inverse), à partir du moment où elles figurent au nombre de mes clients, encore plus quand elles abritent en leur sein des personnes qui me sont très chères.

5°) Il peut en être également ainsi de quelques personnalités notoirement de droite (ou du centre) qui comptent au nombre de mes amis, cette dernière notion, l'amitié, étant hélas pour moi, insensible à toute tergiversation.

6°) Bien qu'éloigné depuis moins de trois ans du Mouvement Démocrate, pour lequel j'ai participé à plusieurs campagnes, me glissant même sur une de ses listes aux municipales, j'ai activement fait campagne lors de la primaire socialiste et soutenu François Hollande avec vigueur, en dépit de mon aversion pour nombre de leaders de la rue de Solférino. Je me félicite d'ailleurs de la victoire de ce même François Hollande et de la nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier Ministre. Et pourtant, je ne dépasse jamais certaines bornes dans l'éventuelle critique de mes anciens acolytes de sang triste.

7°) Fustigeant souvent certaines dérives administratives, je suis pourtant fondamentalement attaché à une défense sans limite du service public, mais d'un service public concentré sur ses tâches fondamentales.

8°) Pouvant regretter (très peu) certaines dérives de « l'assistanat » et de « l'État Providence », j'ai moi-même, du fait de problèmes de santé limitant considérablement ma capacité de travail, l'obligation de solliciter régulièrement quelques aides de la CAF.

9°) Très sensible aux thématiques écologistes et infiniment triste de leur disparition de la campagne présidentielle (merci Éva), je suis contraint (pour les raisons citées dans le 8ème point) de me déplacer exclusivement en voiture. C'est un fallacieux mais réel prétexte, dans la mesure où j'aime tout simplement les voitures et certains fruits d'une société obsédé de faux progrès, dont je combats pourtant le caractère ultra-consumériste et les fausses valeurs.

10°) Farouche défenseur d'une certaine idée européenne (me demandez pas laquelle), je n'en peux plus des européïstes béats et bêlant. Et je le dis de manière incompréhensible.

Bref, j'en ai encore des tonnes comme ça, mais en fait, on s'en fout royalement. Tout cela aura le moindre intérêt le jour où l'on me confiera une charge publique ou une réelle et pesante fenêtre pouvant influer sur l'opinion... Bon, comme le jour où ça viendra, vous serez tous morts depuis bien longtemps, et moi aussi... bah... bon... Mais au moins vous êtes prévenus.


(Illustration : "Les amants" de Magritte")

 

20:26 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conflit d'intérêt, blog, sarkofrance, juan, wuyilu | |  Facebook | | | |