Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2012

RADICALEMENT CONTRE TOUTE RADICALITE

BILLET DE MAUVAISE HUMEUR

Voilà, François Hollande est Président. Ca c'est fait... Pour le reste, il faut reconnaître que la gauche dite « de pouvoir », à peine installée réveille le débat intellectuel... parfois à son corps défendant. Ce fut déjà le cas durant la campagne ; ca l'est encore plus aujourd'hui....

Il y a la Gauche Populaire (1), dont je me réclame (voir les billets précédents), une forme de « gauche identitaire » érigeant le multiculturalisme en « point de départ de la construction sociale » comme le dénonce le politiste Laurent Bouvet (2), voire une « gauche Converse » (3) pour le sociologue Jean-Pierre le Goff, sorte de gauche minimaliste mais médiatiquement hégémonique qui s'est arrogée le monopole d'une haute morale dont le seul barème est sa proximité avec l'idéal parisien. Bref, gauche ainsi, gauche cela, gauche « Converse », chacun aurait gauche à son pied, bien qu'il en faille deux, de pieds, pour marcher droit. Et encore, je ne dis rien ici des multiples fractions de l'extrême gauche ou d'un centre gauche sur lequel je me suis déjà longtemps étendu dans les pages de ce blog.

Pendant ce temps, la Grèce coule dans l'indifférence des médias et des dirigeants européens (j'y reviendrai dans une prochaine note). Quant au peuple, enfin débarrassé de Sarkozy, il s'en retourne, inquiet, vaquer à ses occupations et à l'incertitude, tandis que nous parlons de lui. Cherchez l'erreur.

La seule certitude que j'ai acquise, au cours d'une vie polymorphe toute entière exempte de doctrine, conçue comme un voyage à travers toutes les catégories, tous les milieux, des plus fermés aux plus ouverts, des plus huppés au plus populaires, est que la chose qui manque le plus à l'humanité tient davantage à l'empathie qu'à la théorie, davantage à l'imaginaire qu'à la référence. Quelle que soit l'opinion développée et le camp représenté, l'Histoire a toujours coalisée les radicalités pour faire taire la raison. De la Révolution Russe, aux évènements iraniens de 1979, en passant par la guerre d'Espagne, toutes les voies médianes ont toujours été écrasées, bien qu'elle aient été les déclencheurs. Tous les camps pouvaient s'enorgueillir de penseurs pétrissant d'une main émue et tremblante leurs références intellectuels et les soutiens de leurs pairs. Cela a fait avancer des causes et des débats, cela n'a jamais contrarié les massacres nés de nobles analyses. Il manque toujours cette empathie qui prévient l'ivresse de soi et fait regarder l'autre en le considérant, justement, à la fois autre et accessible à soi-même. Il manque toujours cette véritable conscience de celui auquel on s'adresse et dont l'expression s'appelle communication : ce mot honni des uns et esclave des autres.

On commence par des anathèmes, d'un camp contre l'autre, puis quand l'ennuie ou la victoire retournent les haines, on se massacre joliment entre-soi, d'abord par la plume des penseurs puis à coup de baillonnettes, avec d'autant plus de ferveur qu'on tient le rôle du procureur qui donne procuration au peuple pour tenir le fusil à sa place.

Je vais retourner faire un peu de musique, cette expression qui dit tout ce que l'âme a de trésors et de colères, sans jamais blesser.

Bonsoir...

1°) le blog Gauche pop http://gauchepopulaire.wordpress.com/

2°) 3 : Laurent Bouvent : « Le sens du peuple », Gallimard 2012

2°)  http://fluctuat.premiere.fr/Societe/News/La-gauche-Converse-a-t-elle-pris-le-pouvoir-3357446

 

 

 

 

 

 

22:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gauche, gauche populaire, wuyilu | |  Facebook | | | |

Commentaires

On peut aussi voir le verre à moitié plein : les épisodes marqués d'excès ont constitué des parenthèses dans l'histoire du progrès de l'Humanité... et in fine c'est le compromis qui gagne.

Quant aux polémiques, elles sont inhérentes au débat, surtout en période de crise multiforme. Le problème est quand elles s'arrêtent à la couleur des Converse ou des serre-têtes et non des idées de fond.

Il faudrait que tu développes ce que tu dis sur les 3 Gauche dont tu parles avec des formules toutes parisiennes ;-)

Quant à la Grèce, voici un excellent article de fond en anglais d'un universitaire grec:

http://www.booksandideas.net/The-Greek-State-Its-Past-and.html

Écrit par : Dianae | 10/05/2012

Les commentaires sont fermés.