Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2010

SAHEL COMMUNIQUE DE PRESSE EN FORME DE LETTRE OUVERTE

Photo0067.jpgNon, Monsieur le Président, la mort de Michel Germaneau ne doit pas nous empêcher de retourner dans le Sahel.

Non, Monsieur le Premier Ministre, l'abandon définitifs de la bande sub-saharienne à des luttes d'intérêts claniques, sous couverts d'organisation terroristes chapeautés par Al Qaëda, ne doit pas nous laisser abandonner ce territoire courant sur 8 pays, où sévit depuis trente ans l'une des pires catastrophes économique, écologique et climatique de la planëte. Catastrophe encore aggravée par la crise mondiale et la précocité chaque année plus flagrante de la sécheressse.

Non messieurs les gouvernants, la poursuite scandaleuse de la politique "France : Afrique" à la papa, où les populations servent de pions et de monnaie d'échanges, dans l'étrange monopoly auxquels jouent multinationales, gouvernements corrompus et imprégnés de vieux réflexes colonialistes, où se glissent par dizaines des intermédiaires aux mains pleines de valises.

Non, bien au contraire, Messieurs, nous devons sans cesse affirmer notre présence, dans ce Sahel en déshérence,  avec de plus en plus d'acuité et d'intelligence, pour participer au désenclavement de ces zones, par le transfert de savoir-faire et l'aide aux populations à prendre leur destin en main, comme le font de très nombreuses ONG, comme celle à laquelle appartenait Monsieur Germaneau.

Ces pays ont plus que jamais besoin que l'on aide leurs populations à se lever d'elle-même contre la fatalité, davantage que de bomber le torse en affirmant d'une main une fermeté que l'on souille de l'autre par la spéculation sur les matières premières et une compromission avec des intérêts qui sont à mille lieux des véritables enjeux locaux

Et arrêtez par la même occasion de fustiger humanitaires et journalistes qui, hélas comme on vient encore de le voir, risquent quotidiennement leur vie pour relever le voile pudique dont vous recouvrez ces régions, pour masquer des dizaines d'années de politiques à contre-courant du bon sens et d'une gestion de cette misère à laquelle vous continuez de participer.


Benjamin Sire

Documentariste, journaliste indépendant, membre du Mouvement Démocrate.

 

 

 

07:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : germaneau, sahel, sarkozy, ong, ingérence, sire, wuyilu | |  Facebook | | | |