Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2008

LETTRE OUVERTE TIBETAINE AU SIEUR MELENCHON

 

1654308930.jpgComme beaucoup de lecteurs ébahis, j'ai pris connaissance il y a peu des sorties sidérantes et quasi révisionnistes du sieur Jean-Luc Mélenchon concernant le Tibet et les manifestations ayant accompagné le passage de la flamme Olympique à Paris, sorties médiatiques depuis relayées sur son blog à l'adresse suivante : http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=585.

Je me permets de lui adresser cette lettre ouverte qui s'intéressera uniquement à la question tibétaine, telle qu'il la traite, son antagonisme personnel avec Robert Ménart de Reporter Sans Frontières me semblant tout à fait anecdotique en la circonstance.

 

    Si vous nous avez habitué à ce genre de saillies témoignant d'une subsistance atavique de doctrine Trotsko-Stalinienne à la sauce ultra-nationaliste, cette dernière envolée dépasse cette fois tout ce qui peut être dit en matière de contre-vérité historique, de justification de toutes les colonisations, invasions et autres atteintes aux droits des minorités et de l'homme en général.

 

Le fait que bien peu de gens soient au fait de l'histoire et de la situation effective du peuple Tibétain, vous permet sans doute de penser qu'il vous sera plus facile de proférer autant de scandaleuses assertions, mais il n'en est rien. En dehors de toute question idéologique, ils se trouve un certain nombre de personnes, dont je suis, qui ont pris la peine, en plus d'avoir un peu étudié l'histoire du Tibet, de se rendre compte sur place de la situation et particulièrement dans les provinces chinoises formant l'ancien Tibet historique.

 

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, sachez que vos propos ont au moins le mérite d'éclairer les citoyens sur la réalité idéologique de cette « ultra gauche » dont vous vous faites le chantre, entre un Laurent Fabius, sans doute gêné par votre prose, et un Olivier Besancenot qui s'ingénie à travers un discours bisounours à désamorcer les relents totalitaires qui ont toujours accompagné cette mouvance, dont les accointances historique avec la droite la plus nationaliste ne sont plus à démontrer.

 

Vous arguez de votre amitié envers la Chine, soit. Rien ne me permets de me définir comme un ennemi de ce vaste pays à l'histoire si chaotique, mais rien non plus ne peut m'amener en 2008 à encore croire au miracle maoïste, ni aux bienfaits du régime de Hu Jintao dont il vous aura peut-être échappé qu'il figure aujourd'hui la plus grande dictature hyper-capitaliste du monde, aux antipodes des rêves les plus mesurés de vos amis alter-mondialistes.

 

Venons-en à vos propos et commençons par votre analyse historique :

Vous écrivez : «  Le Tibet est chinois depuis le quatorzième siècle. Lhassa était sous autorité chinoise puis mandchoue avant que Besançon ou Dôle soient sous l’autorité des rois de France. Parler « d’invasion » en 1959 pour qualifier un évènement à l’intérieur de la révolution chinoise est aberrant. »

 

Dès cette phrase lue, on comprends que votre démarche ne peut être honnête et que tout le reste de l'article sera au diapason. Et là de se demander : êtes-vous inculte à ce point pour étaler aussi fièrement votre ignorance de l'histoire de la Chine et du Tibet ou est-ce pure provocation malsaine ? Car enfin, votre raisonnement est aussi absurde que de supposer attendre de la France qu'elle règne sur la Russie au prétexte que les troupes Napoléoniennes y furent de passage... Même si ce parallèle est en soit inepte, il a en commun le fait que le peuple Russe possède une langue d'une provenance diamétralement opposée au latin dans sa structure comme dans son alphabet, au même titre que diffèrent le Chinois et le Tibétain, langue d'inspiration birmane fondé sur une construction alphabétique d'origine indienne. Quant au Tibétains eux-mêmes, il ne sont tout simplement pas de la même race que les Hans, ethnie majoritaire de la Chine. Même s'il est aujourd'hui toujours difficile de rattacher les tibétains à un autre groupe humain, bien qu'il se rapprochent beaucoup plus des Mongols que des Chinois. De ce point de vue, on pourrait effectivement considérer comme « aberrant » que l'Algérie, différente de race (en tant que sous groupe raciale seulement) et de structure linguistique, ne soit plus Française. Personnellement, je ne le regrette pas. Mais puisque j'évoque les Mongols, revenons-en à votre phrase et commençons la leçon d'Histoire. Non monsieur Mélenchon, le Tibet n'est pas Chinois depuis le XIVème siècle, pas plus que l'on peut dire que la Chine est Tibétaine depuis le XIVème siècle, bien qu'à un moment donné (VIIIème et IXème siècles), la Chine fut effectivement tibétaine – et oui mon bon monsieur. Vous dites à la fois un énorme mensonge, mais commettez également un grave confusion historique dont les premiers lésés sont les Mongols en personne. Figurez-vous que la période juste antérieure à celle que vous décrivez était celle de la domination totale des Mongols de Kubilaï sur le Tibet comme sur la Chine. Faut-il pour autant souhaiter que la Chine soit aujourd'hui mongol ??? Par la suite, au cours de ce fameux XIVème siècle dont vous ne savez rien et qui marque en Chine l'avènement de la dynastie Ming, le Tibet était totalement indépendant et ce jusqu'au début du XVIIème siècle. En revanche, sachez que durant la même période, les Tibétains qui, comme vous le dites justement, étaient très loin des gentils enfants de choeurs que l'on nous présente le plus souvent, ont considérablement renforcé leur influence au Nord, instillant leur religion jusque dans les régions les plus reculées de Mongolie grâce notamment au soutien de dirigeants Mongols tels Altan Khan. Et ceci dans le cadre de l'alliance entre les tibétains Gelugpas et les bouddhistes Mongols. Sachez également que c'est à ce moment qu'apparaît le titre de Dalaï Lama, mot d'origine mongol et non chinois, tout comme le mot Tibet. Ce n'est qu'à partir du XVIIème siècle – le XVIIème siècle monsieur Mélenchon – que les Chinois prennent possession du Tibet, la Chine étant précédemment un pays allié et plus petit que le Tibet. Et quand je parle des chinois, je parle de la Dynastie Qing, non pas d'origine chinoise mais Manchoue comme vous le dites... Et encore, cette période a vue se succéder plusieurs types de régimes et d'administrations où le Dalaï Lama fut parfois le véritable chef de l'Etat. Sauf que, toute chose ayant une fin, si si, la dynastie Qing a périclité à la fin du XIXème siècle et le Tibet est REDEVENU INDEPENDANT EN 1913, tandis que les dernières troupes chinoises étaient chassées sans ménagement. Durant cette période qui voit l'avènement du XIIIème Dalaï Lama, le Tibet est en proie aux luttes d'influences entre pays européens et particulièrement la Russie et l'Angleterre, cette dernière finissant pas s'imposer. Pourquoi le Tibet n'est-il pas légitimement anglais ? Enfin, c'est durant le règne du XIIIème Dalaï Lama, Thubten Gyatso que l'autorité religieuse, la terrible Théocratie dont vous parlez a cherché, après d'effectifs longs siècles d'obscurantisme et d'isolement, à s'ouvrir au monde autant qu'à une vision pacifique et humaniste qui est aujourd'hui la sienne et n'a rien à voir, mais vraiment rien à voir avec la fable que vous décrivez. Et, pour avoir arpenté longuement les chemins sinueux des plateaux du Qinghaï aux côtés de familles nomades tibétaines, je saute en l'air en lisant votre description à côté de laquelle le Tintin au Tibet que vous décrivez et dont l'action, pour information, se déroule au Népal et non au Tibet, semble criant de vérité.

Voilà concernant la phrase lige de votre argumentation sur le Tibet, phrase dont pas un mot ne correspond à la réalité historique ! Passons sur votre comparaison avec la Vendée : « Dit-on que la France a « envahi » la Vendée quand les armées de notre République y sont entrées contre les insurgés royalistes du cru ? », dont la pertinence est à peu près nulle après ma démonstration, mais que les descendants des familles vendéennes massacrées apprécieront à leur juste valeur, bien que les vendéens n'y aient pas été de main morte non plus (et je vous rassure, je ne suis pas plus royaliste que vous historien).

 

Continuons sur votre chef-d'oeuvre de désinformation après un grand bon en avant, si je puis dire...

Vous écrivez : «  Le Dalaï Lama et les autres seigneurs tibétains ont accepté tout ce que la Chine communiste leur proposait et offrait, comme par exemple le poste de vice président de l’assemblée populaire que « sa sainteté » a occupé sans rechigner. »

Le Dalaï Lama dont vous parlez, l'actuel Tenzin Gyatso, était, lors des négociations avec la Chine faisant suite à l'INVASION (oui, l'invasion puisque je rappelle que les Chinois avaient quitté le Tibet en 1913), un adolescent de 15 ans !!! 15 ans monsieur Mélenchon... Comment vouliez-vous alors que ce gamin, sans armée et mal conseillé puisse tenir tête à votre idole Mao ??? Cela a déboucher sur l'Accord en 17 points dont pas un seul a été effectivement respecté par la Chine. Pourtant, très vite, et les occidentaux, américains en tête n'y furent effectivement pas étrangers, la rébellion pris comme une traînée de poudre à partir des révoltes du Kham en 1956 dont vous dites : «  Cela jusqu’au jour de 1956 où le régime communiste a décidé d’abolir le servage au Tibet et régions limitrophes. Dans une négation des traditions, que j’approuve entièrement, les communistes ont abrogé les codes qui classaient la population en trois catégories et neuf classes dont le prix de la vie était précisé, codes qui donnaient aux propriétaires de serfs et d’esclaves le  droit de vie, de mort et de tortures sur eux. » Encore faux monsieur Mélanchon. Si la négation totale de toute la culture tibétaine, bons comme mauvais aspects, a participé de la « mauvaise humeur » ambiante, c'est avant tout le non respect de l'Accord en 17 point et surtout la famine atroce, liée à collectivisation des terres, qui a touché toutes les régions tibétaines (Amdo, Kham etc...) qui sont à la source de ces émeutes. L'émeute de 1959, elle, est essentiellement liée à la poursuite de ce désastre économique et à la tentative d'arrestation du Dalaï Lama. Vous qui semblez représenter une étrange frange de la gauche, monsieur Mélanchon, sachez que l'histoire nous montre que le moteur de plupart des émeutes est avant tout la faim. Et dans ce cas, cette faim était le fait de votre charmant Grand Timonier, mais comme il n'était pas Américain, les atrocités que l'Histoire lui impute ne semblent pas vous déranger. Et parmi ces atrocités, je suppose que la mort de plus d'un millions de tibétains dans cette période, ainsi que la condamnation à l'exil de plus de 100000 d'entre-eux, ne vous fait pas davantage sourciller. Et je le répète, je ne partage en rien l'angélisme de la plupart des occidentaux qui ont une vision très déformée de la réalité historique tibétaine, parsemée de violences, d'inégalités et de massacre, comme celle de la plupart des pays de notre planète.

 

Avant d'en venir à la réalité de la vie des tibétains en Chine aujourd'hui, réalité que, comme le reste vous ignorez superbement, je m'attarderai quelques instants (pas davantage) sur votre brillante analyse géopolitique des revendications tibétaines et ses gravissimes conséquences !!!

 

Je vous cite à nouveau : « En ce qui concerne le droit international et la géopolitique, le dossier du Tibet tel que présenté par ses partisans est un facteur de violences, de guerres et de déstabilisation aussi considérable que celui des Balkans. Quel genre de Tibet est défendu ? Le "grand Tibet" incluant des régions comme le Yunnan et le Sichuan, sur les territoires des anciens seigneurs de la terre où sont organisés des troubles en même temps qu’à Lhassa ? Bien sur, aucun de ceux qui s’agitent en ce moment ne se préoccupe de savoir de quoi il retourne à ce propos. Rien n’indique mieux le paternalisme néo colonial ni le racisme sous jacent à l’enthousiasme pro tibétain que l’indifférence à ces questions qui mettent en cause la vie de millions de personnes et des siècles d’histoire et de culture chinoise. »

Vous faites mine d'ignorer les revendications des tibétains et semblez craindre un embrasement de l'Asie sous les coups de boutoir de leur volonté expansionniste ! Il fallait oser l'écrire. « De quoi il en retourne ? » demandez-vous benoîtement. Vous savez très bien que la seule revendication du gouvernement en exil, des tibétains du Territoire autonome et de ceux des provinces chinoises et d'avoir simplement les mêmes droits que les autres habitants, même si ces droits réclamés pour ce qui est du territoire autonome ne concerne qu'une forme de respect des libertés et non l'instauration d'une théocratie, dont la description que vous faites est liée au Tibet du XIXème siècle et des périodes antérieures au 13ème Dalaï Lama. Sachez d'ailleurs qu'en ces époques, 'il ne faisait pas forcément bon vivre en France non plus pour ceux qui n'appartenaient pas à l'élite... Quant aux revendications territoriales, elles ne concernent rien d'autre que l'actuel « Territoire autonome » et ne demandent pas bien plus que le respect du fameux Accord en 17 points évoqué plus haut et proposé par la puissance chinoise.

Voilà pour ce qui est de votre argumentation concernant le Tibet, monsieur Mélanchon. Un tissus de mensonges qui frise le révisionnisme typique des staliniens, bien avant de faire des émules parmi les nostalgiques du IIIème Reich.

 

Ce qui me surprend plus encore, c'est qu'en vantant les bienfaits relativement fictifs de l'invasion chinoise, vous ne faites que justifier toutes les colonisation passées ou présentes, dont l'argument massue a toujours été l'apport des bienfaits de la civilisation. Et là c'est énorme, surtout de votre part, bien que votre redoutable nationalisme y trouve une part de satisfaction. Etes-vous l'un des soutiens inconditionnels de Georges Bush, monsieur Mélanchon ??? Vous savez, ce même Bush qui a justifié l'invasion de l'Irak par la nécessité de faire découvrir la démocratie à ces pauvres manants d'Irakiens, en dehors bien sur des fameuses armes de destruction massive et de liens supposés du régime de Saddam avec Al Qaïda. J'aimerais connaître votre brillant éclairage sur le sujet...

 

Pour conclure ce texte, dont je reconnais qu'il est écrit sous le coup d'une froide mais raisonnée colère, je vais vous parler en quelques lignes de ce que vivent les tibétains en Chine et dans le Territoire Autonome pour ouvrir vos yeux sur le régime dont êtes désormais complice, comme le furent avant vous nombre d'intellectuels qui avaient au moins l'absence de recul historique pour excuse... Ce qui n'est même pas votre cas.

 

Depuis l'invasion du Tibet :

 

1 200 000 de morts.. Il reste aujourd'hui à peine 2 millions de Tibétains au Tibet et 4 millions en Chine, la diaspora étant résiduelle. Pas de quoi mener une grande politique expansionniste, même en cas de retour de l'autonomie, face à plus d'un milliard trois-cents millions de Chinois...

 

Un mouvement colossal de colonisation Han est tout simplement en train de faire disparaître la race tibétaine, les dix dernières années ayant vu la population locale s'étendre à tel point que les chinois sont aujourd'hui majoritaire dans le Territoire Autonome.

 

Les femmes tibétaines sont stérilisées, oui monsieur Mélenchon, stérilisées par ligature des trompes.

 

Ces mêmes femmes, quand elles ne sont pas stérilisés (et même parfois quand elle le sont), sont obligées de se marier à des Hans pour éteindre culture et « race » (mot certes impropre) tibétaine.

 

D'où qu'ils viennent nombre de Tibétains fuient leur territoire au péril de leur vie, quitte à tenter l'impossible passage par l'Hymalaya.

 

Le simple fait de prononcer le nom du Dalaï Lama est susceptible de prison dans les territoires chinois.

 

Partout où ils sont les moines Nagkpas cachent leurs tangkas (peintures traditionnelles) de peur qu'elles soient immédiatement détruites.

J'arrête-là, sachant que la liste des « bienfaits » apportées par le régime Chinois pourrait me prendre la journée...

Voilà Monsieur Mélenchon l'ineptie que vous cautionnez... Voilà ce qu'un responsable politique socialiste, élu de la République Française, trouve à dire dans cette période où pourtant, une gauche responsable et constructive vient tant à manquer à son pays.

Pour conclure, je ne résiste pas au plaisir de citer la définition que donne de vous Jean-François Khan dans son « Abécédaire mal pensant »* : « Jean-Luc Mélenchon : Sénateur socialiste tendance gauche archéoronchonne. Excellent tribun, il a deux problèmes : il croit tout ce qu'il dit et ne s'interdit jamais de dire ce qu'il croit. Un type dangereux ! »

Oui, définitivement, « un type dangereux »

 

* « Abécédaire mal pensant » : Jean-François Khan, éditions Plon 2007

Je conseille particulièrement l'ouvrage suivant à ceux que la question concerne : "L’épopée des Tibétains - Une double histoire en parallèle" de Laurent Deshayes et Frédéric Lenoir (Fayard)

Cet ouvrage a le grand intérêt de toujours présenter en parallèle les points de vue Chinois et Tibétains, tout en demystifiant les fantasmes occidentaux.

18:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je fais tourner cette note et te remercie de sa rédaction.
Les propos de M. Mélenchon sont inqualifiables.

Écrit par : Killer Queen | 11/04/2008

Merci pour cette note détaillée !

Voici un extrait de ma réaction sur le blog de Christophe Ginisty il y a 3 jours :


"Justifier la colonisation continue du Tibet par la Chine au prétexte que les élites tibétaines ne sont pas aussi "pures" qu'elles le prétendent, que les tibétains ont tout de même aussi commis des progroms et que RSF instrumentalise le tout (pour satisfaire à la volonté de puissance de R. Ménard ou avec le téléguidage des US) est un non-sens redoutable.

M. Mélanchon incarne bien ces gens soit-disant très à gauche qui, au nom de la lutte contre la bien-pensance occidentale (à juste titre) justifient au final ce qui va à l'encontre de leurs principes affichés : la realpolitik et le cynisme.
Au nom de la laïcité et de la lutte contre l'hégémonie US on soutient un régime qui s'assied sur d'autres principes, bien plus précieux.

Ca me rappelle curieusement l'époque des dinosaures communistes... diable, M. Mélanchon en serait-il un ;-) ?"

Écrit par : Fotini | 11/04/2008

Merci pour cette note détaillée !

Voici un extrait de ma réaction sur le blog de Christophe Ginisty il y a 3 jours :


"Justifier la colonisation continue du Tibet par la Chine au prétexte que les élites tibétaines ne sont pas aussi "pures" qu'elles le prétendent, que les tibétains ont tout de même aussi commis des progroms et que RSF instrumentalise le tout (pour satisfaire à la volonté de puissance de R. Ménard ou avec le téléguidage des US) est un non-sens redoutable.

M. Mélanchon incarne bien ces gens soit-disant très à gauche qui, au nom de la lutte contre la bien-pensance occidentale (à juste titre) justifient au final ce qui va à l'encontre de leurs principes affichés : la realpolitik et le cynisme.
Au nom de la laïcité et de la lutte contre l'hégémonie US on soutient un régime qui s'assied sur d'autres principes, bien plus précieux.

Ca me rappelle curieusement l'époque des dinosaures communistes... diable, M. Mélanchon en serait-il un ;-) ?"

Écrit par : Fotini | 11/04/2008

Oups ! Désolée pour le doublon !
Ca ne fait qu'une semaine que je poste.

Écrit par : Fotini | 11/04/2008

Oui, Fotini. Depuis l'article a été publié sur Agoravox et ça fait très mal... J'ai réveillé tous les doctrinaires staliniens qui se sont lâchés d'une force et avec une violence complètement disproportionnée : http://www.agoravox.fr/
J'ai été jusqu'à affronter une démonstration du fait que j'étais un nazi (gangrénant le MoDem), comme tout ceux qui après Hitler se sont intéressés à la cause tibétaine... Hups. Ca m'a épuisé....

Écrit par : Wuyilu | 11/04/2008

Jeudi 10 avril, j'ai découvert l'article de Massoulier puis j'ai suivi le lien sur le site de Mélenchon. Je suis ressortie abasourdie de ces lectures.
Depuis lundi 7 avril, j'ai lu un ouvrage sur l'histoire du Tibet. Ce soir, je découvre votre article.
Je vous remercie d'éclairer ceux qui n'auront pas, par manque de temps notamment, la démarche que j'ai eue.

Lundi 7 avril, entre 12h et 17h, j'étais Place de l'Hôtel de Ville à Paris. Mon objectif premier était d'être présente pour défendre les droits de l'homme et la liberté d'expression en Chine.
Lorsque des manifestants pro-tibétains ont sorti le drapeau du Tibet, la police et la gendarmerie françaises ont demandé de le ranger. Nous avons résisté et pour la première fois de ma vie j'étais prête à en venir aux mains. La place de l'Hôtel de Ville à Paris n'est pas la place Tian'amen à Pékin ! Et c'est ainsi que je me suis retrouvée à défendre la cause tibétaine.

Continuez d'informer le plus grand nombre ! Et merci de la qualité de votre article tant sur le fond que sur la forme.

Écrit par : Patricia Tutoy | 11/04/2008

Je vous remercie pour votre commentaire. Je suis tellement interloqué par la violence des propos sur Agoravox où l'article figure aussi et par le fait que ce sujet a reveillé tous les réseaux dormants de la désinformation trotsko lambertise (qui ne dit jamais son nom), que je suis un peu meurtri... pensant également à tous mes amis tibétains qui ignorent sans doute combien ils ont de comtempteurs ici même...

Écrit par : Wuyilu | 11/04/2008

Tu as quand même suscité le débat !

Certains intervenants t'ont soutenu intelligemment, l'un d'entre-eux a d'ailleurs bien résumé ta situation : "pas facile d’être pris entre le feu croisé des sinophobes grimés en tibétophiles béats et celui des nostalgiques du petit livre rouge déguisés en sinophiles désintéressés.. "

Désolée de le dire de manière si lapidaire, mais la bêtise a encore de beaux jours devant elle...

Écrit par : Fotini | 13/04/2008

J'ai été sidérée par la violence des propos de toutes parts sur AgoraVox.
Et, si au moins cela a posé un débat, bien que bordélique, et que ce fait soit une bonne chose, j'ai quand même déploré un amalgame (enfin, un parmi d'autres, mais celui-là m'a particulièrement violentée) qui est celui du communisme et du stalinisme. Tant du côté de ceux qui se réclamaient du communisme, appelant de leurs voeux le temps béni de l'URSS, que du côté de ceux qui le décrient, ne voyant pas plus loin que le bout de leur nez et manifestant d'une méconnaissance navrante de ce qu'est le communisme.
La pensée stalinienne et la doctrine communiste ont toujours été deux choses différentes, ce n'est pas parce que Staline a instauré une dictature en s'en réclamant qu'il faut parler de Marx comme d'un boucher sanguinaire.
C'est tellement facile !

Écrit par : Killer Queen | 15/04/2008

@Killer Queen

Non seulement Marx n'est pas un boucher sanguinaire mais en plus nombre de ses analyses demeurent d'actualité.

Le seul problème et il est de taille, est que l'idéal qu'il préconise ne peut exister que dans une société parfaite, où les citoyens seraient éclairés, responsables etc... or cette société n'existe pas et ne peut exister (même si on doit oeuvrer dans le sens de l'éducation des citoyens, la transparence de l'information, la vraie), d'où les dérives naturelles vers le totalitarisme, l'homme ayant peur du vide.

Si je ne partage pas les raccourcis faciles des opposants néo-libéraux à l'idéologie communiste, je ne peux cependant être d'accord avec vous sur la distinction, dans les faits (pas en théorie), entre stalinisme et doctrine communiste. Les faits du siècle dernier ne sont pas un accident mais révèlent bien la nature du paradoxe du projet communiste.
Le nier serait faire offense aux victimes de ces paradoxes.

Écrit par : Fotini | 17/04/2008

Je ne suis que partiellement d'accord avec ceci, même si je le comprends très bien. Mais c'est ce genre de parallèle entre la doctrine sur le papier (qui effectivement ne semble pouvoir marcher que sur le papier ou dans un monde parfait) et les dérives faites en son nom qui conduisent certains aujourd'hui à clamer sans honte que l'Islam est une religion d'islamistes extrémistes, kamikazes et assassins à la chaîne.
Ce qui est une offense aux musulmans dans leur large majorité qui n'en demandent pas tant, loin s'en faut, et sont souvent parmi les premières victimes de l'islamisme.
Si l'on ne peut pas nier que certaines doctrines ont servi à certains pour commettre le pire, il ne faut pas tout amalgamer non-plus. Les personnes sont des sommes, pas des simples applications déviantes de quelque théorie.

Écrit par : Killer Queen | 17/04/2008

Excusez-moi, mais je ne comprends pas votre phrase "Les personnes sont des sommes, pas des simples applications déviantes de quelque théorie".

Pour la parallèle avec l'Islam, je ne suis pas spécialiste de l'Islam, mais vous comparez une religion révélée avec une analyse et théorie socio-économique qui se veut rationnelle (elle n'est devenue religion d'état qu'avec l'application du marxisme-léninisme).

Il y a effectivement un islam modéré qui s'est développé au cours des siècles et qui coexiste avec une interprétation plus maximaliste de l'Islam. Mais cela est dû probablement aussi aux ambiguïtés du langage de la religion révélée, qui peut être interprêté de multiples façons.

Par contre la doctrine marxiste se veut scientifique, claire, et je ne vois pas en quoi on pourrait dire qu'elle est ambigüe quant à ses objectifs.

Écrit par : Fotini | 18/04/2008

Voila ce que j'en dis (bravo) :

http://darshan.fr/rubrique.php3?id_rubrique=28

voir aussi :

http://darshan.fr/article.php3?id_article=141

Merci pour la clarté et la simplicité. Après, modem ou pas n'a plus rien à voir pour moi parce que cela risque de renvoyer les gens à des discours de sourds. Mais votre article m'a réconforté sur l'état de santé mentale de certains de nos compatriotes.

Écrit par : Dak | 18/04/2008

Merci pour votre commentaire. (Et je suis passé également sur votre site). La question du MoDem est effectivement assez secondaire en cette matière, même si le mouvement tente, comme il le peut) d'apporter son soutien. Pour moi, bien que n'étant absolument pas bouddhiste, c'est un "combat" de plus longue date, mais je ne le mets pas sur un pieds plus haut que les autres atteintes aux droits de l'homme, partout où elles se déroulent. Il se trouve que je me suis permis de traiter cette question parce que je connais un peu le sujet, ai pris la peine de me déplacer et qu'ennemi des idéologies dogmatiques j'ai été blessé en profondeur par les propos de Mélenchon et la campagne qui est actuellement menée en France pour soutenir le pauvre gouvernement chinois contre les terribles tibétains (-; Cette campagne où comme vous le dites, la novlangue se refait une santé, témoigne de la puissance occulte des réseaux marxistes, et rappellent effectivement ceux qui vouaient "L'Archipel du goulag" aux gémonies. Si vous avez vu l'article sur Agoravox, vous aurez constaté les centaines de messages défendant le pauvre Mélenchon des griffes tibétaines. Messages repris dans un article publié aujourd'hui sur Agoravox, défendant une fois de plus la Chine. Comme les intellectuels d'après guerre, nos gentils staliniens ne mesurent pas le poids terrible de leur responsabilité et la gravité de leur propos, ne comprenant pas que la Chine n'attendait que ça pour se sentir concernée. Et, j'en veux bien davantage aux français qui cautionnent cela qu'aux Chinois qui défendent logiquement leur chapelle. Et ces mêmes ne savent pas que depuis quelques jours la situation devient encore plus grave et violente. Je reçois quotidiennement des infos de là-bas en dépit du black out médiatique, des réquisitions de téléphone portables et des suppressions d'abonnements internet et je suis très inquiet pour plusieurs amis, tandis que nos bonnes consciences françaises, tremblant devant les chinois, s'évertuent à nous expliquer que la situation tibétaine n'existe pas et n'est que le fruit de la désinformation pratiquée par la CIA...
Il nous faudra nous organiser pour donner la réplique en plus grand nombre, avant que la colère nous submerge dans la solitude.

Écrit par : Wuyilu | 18/04/2008

Nous sommes sur la même longueur d'onde. Il est vrai qu'en tant que bouddhiste (de longue date aussi) je suis particulièrement concerné, puisque le Dharma fait partie intégrante de la civilisation tibétaine, qui effectivement va bien au delà du Tibet - province actuelle ou ancien territoire : région himalayenne, Mongolie, partie orientale de l'ex-empire soviétique, mais aussi parce que j'ai fréquenté nombre de maîtres tibétains et ai pu approché Sa Sainteté en quelques occasions.

L'idée n'est évidemment pas de dire que tous les tibétains sont purs (la version à la Tintin de notre "sénateur", à laquelle il est le seul à croire à la réflexion) mais ce qui est important est qu'ils détiennent une très longue tradition, ont considérablement enrichi ce Dharma sur la plan spirituel, artistique et philosophique. Je pense que ce dernier porte des valeurs utiles au monde dans sa globalité, indépendamment de l'aspect proprement spirituel ou religieux assis sur certaines croyances comme le karma et la renaissance.


Or c'est cela que les chinois maoistes ont voulu faire disparaïtre. Pire encore, pour mettre quoi à la place ? Ce qu'on constate partout en Chine aujourd'hui : la pauvreté intellectuelle et émotionelle du matérialisme au plus bas degré de sa non-pensée. Vous savez tout cela, je l'écris pour ceux qui lirons éventuellement.

Enfin, s'organiser oui des gens le font. Pour ma part je suis un peu dans une bulle faute de temps et d'isolement géographique, raison pour laquelle j'ai écrit quelques articles. Exemple dans le Sud-ouest : http://www.actions-tibet-verite.org/
Tant mieux si le modem en tant que mouvement s'y met aussi et merci. De toutes façons cette histoire concerne tout le monde, parce que les implications sur la plan éthique sont mondiales. Si ces jeux se déroulent normalement, je crois que la planète aura reçu un grand coup de bambou sur la tête !

Mais je crois aussi que ce combat contre la novlangue remonte petit à petit au niveau européen, qui est sans doute déterminant pour la suite. Certains médias font leur boulot, l'initiative d'Arte est très bonne, merci à eux. Les reportages ont l'intérêt de porter sur la Chine han proprement dite, ce qui permet d'élargir la réflexion, parce qu'effectivement certains sortent leur fusil rhétorique dès qu'ils entendent le mot "tibétain".

Cela vient de ce que la plupart des gens ne s'informant pas correctement, la seule image médiatique du Dalaï Lama n'est pas toujours suffisante pour faire comprendre son travail et qui il est en réalité. Beaucoup le voient comme un gentil baba new-age un peu simpliste et naïf, alors que sa stratégie non-violente ( http://darshan.fr/article.php3?id_article=138 ) et sa culture philosophique sont exceptionnelles. Il faut être exceptionnel pour garder cette ouverture et cette bonté qui le caractérisent, au delà des clichés, au moins tous ceux qui l'ont approché le savent, après avoir entendu tant de témoignages dramatiques des tibétains qui continuent de fuir la chine au péril de leur vie ainsi que de leur famille. Beaucoup savent que Sa Sainteté en est souvent extrêmement affecté et je l'ai souvent vu pleurer, comme un nuage sombre qui passe dans un ciel bleu.

Bref, comme me le disais un ami du collectif cité plus haut, il faut continuer de pousser, nous avons encore quelques semaines. Les tibétains du Tibet eux prennent des risques considérables pour faire connaître leur quasi-disparition. Peut-être que les chinois n'ont pas compris ce que représente un peuple désespéré proche de la disparition. Peut-être qu'ils finirons par faire disparaître ce peuple rebelle à 60 ans de torture et de tentative de lobotomie. Mais je crois aussi (c'est assez terrible, mais j'en arrive à le penser) qu'ils sont tellement cyniques qu'ils n'ont pas encore exterminé tous les tibétains parce que ceux-ci fournissent de la main-d'oeuvre robuste et pas chère.

A ce niveau je comprends votre position sur les différents fronts des combats à mener, car comme je le dis sur le site ( http://darshan.fr/ecrire/articles.php3?id_article=133 ) de nombreux peuples anciens disparaissent face au cynisme brutal du capitalisme sauvage, qu'il soit le fait des blancs, des jaunes ou des autres.

C'est ce que ne comprennent pas ceux qui nous sapent le moral (ce qui nous sapent est qu'ils ne comprennent pas), défendre la dignité humaine en Chine n'a rien à voir avec défendre la politique étrangère américaine (en Irak et autre) ou penser que les français sont tellement intrinsèquement bons qu'ils peuvent donner des leçons au reste du monde. Nous savons très bien comme il en va de certaines politiques occidentales et de leurs horreurs "à l'exportation". Mais voilà, nous avons la liberté de pourvoir le dire sans nous faire massacrer et c'est bien cela que nous défendons n'est-ce pas ?

A+ et merci encore, ca fait du bien de lire des gens censés.

Écrit par : Dak | 19/04/2008

Tout d'abord, lorsque je dis :"Les personnes sont des sommes, pas des simples applications déviantes de quelque théorie", je veux dire qu'il est un peu facile d'imputer à telle ou telle théorie seule la responsabilité d'un individu ou d'un groupe d'individus. Quand il s'agit d'Hitler, qui s'est fait sa théorie sur mesure et l'a appliqué en en étant le chef, admettons, mais il est fort à parier qu'un Staline, même sans s'appuyer sur le communisme pour mieux le dévoyer et le trahir, aurait tout de même fini dictateur sanguinaire. Ce n'est pas une théorie et une théorie brute qui régit les personnes, mais ce qu'elles en font et surtout ce qu'elles sont en plus et au-delà de cela, ainsi que les personnes qui les régissent en donnant leurs propres interprétations de ces mots (les soviétiques qui ont suivi Staline dans ses purges et ses délires avaient-ils tous lu le Capital ? J'en doute).
Ensuite, oui, je compare une théorie socio-économique à une religion, sans crainte aucune. Car même si les buts visés ne sont pas les mêmes, il s'agit toujours de régir les gens avec des théories, dons ces choses abstraites, pour qu'ils les rendent concrets et améliorent soit leur vie spirituelle (et l'après de leur vie), soit leur vie matérielle, tangible et présente. Le procédé est le même, c'est le champ d'application qui change.
Une théorie reste une théorie, notez le "théo" dans le mot.
Dire qu'une théorie, quelle qu'elle soit, est responsable à elle seule (alors qu'elle n'est qu'un lot d'abstractions à appliquer ou pas) de massacres et d'abominations revient à dire que ce ne sont pas quelques communistes, menés par Staline, ou assimilés qui ont ravagé la Russie et les environs, mais les écrits mêmes qui ont tué tous seuls de façon systématique et aveugle, ce serait drôlement fort. N'est-ce pas plutôt ce que certains en ont fait, ce que certains en font aujourd'hui en Chine qui est en cause ? Tout est question d'interprétation, et pas uniquement en fonction des langues et du mysticisme des âges.
De même, ce raisonnement cautionnerait tous les discours d'extrême droite visant à dire que si l'islamisme est présent et s'il y a des barbus timbrés pour faire sauter des trains en Espagne ou des tours aux États-Unis, c'est parce que l'Islam est mauvais en soi, que c'est intrinsèque aux théories et aux écrits qui guident les croyant/e/s musulman/e/s, point barre.
Comme c'est alors facile de dire que tous ceux et celles qui répondent du même livre fondateur, que ce soit le Coran, la Bible ou le Capital, sont tous des monstres assassins.
Voilà, j'espère avoir été plus claire et avoir défendu ceux et celles qui comme moi pensent que le communisme, bien qu'inapplicable en l'état (ce ne sont pas les preuves qui manquent...), n'est pas un système mauvais et brutal, bien au contraire, je ne suis pas sure que Karl Marx le voulait ainsi, d'ailleurs.

Écrit par : Killer Queen | 20/04/2008

Je suis choqué par les vocabulaires insultants. Merci de parler correctement.

Écrit par : anonyme | 22/04/2008

Cher anonyme...
Votre commentaire laconique est assez énigmatique (-;
N'hésitez pas à développer le sens de votre pensée.
Cordialement
Wuyilu

Écrit par : Wuyilu | 22/04/2008

Les commentaires sont fermés.