Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2008

REPONSE A NICOLAS VINCI

Cher Nicolas.

Comme beaucoup de jeunes en politique, vous faites preuve d'une jolie impatience qui vous pousse à vouloir déjà changer l'emplacement de votre maison avant même que les fenêtres soient posées. Tout cela parce que vous constatez que le vent s'engouffre de partout. Asseyez-vous donc 5 minutes et laissez le maçon et le menuisier terminer leur ouvrage. Ces élections municipales, aussi décevantes paraissent-elles sur Paris, livrent simplement un verdict attendu. Car enfin, qu'espériez-vous ? Que sur notre seule bonne mine, dans un environnement radicalement hostile, médiatiquement comme politiquement, nous allions obtenir une floppée de petits Conseillers de Paris, fruits d'un raz de marée électorale en notre faveur ou de la grande magnanimité d'un Bertrand Delanoë bisounours ? Notre mouvement est un bébé en pleine découverte de son environnement et vous l'imaginiez déjà, permis de conduire en poche, prêt à affronter les tempêtes de l'âge adulte ? Il fallait une certaine naïveté pour croire en une possible alliance avec le PS, encore plus pour imaginer que l'UMP nous proposerait de nous abandonner quelques postes sans porter atteinte à notre indépendance. Et voilà que dans la déception d'un résultat que vous espériez peut-être, supposant qu'il ne pouvait y en avoir d'autre, vous en appelez à Quitterie Delmas pour diriger notre maison parisienne, laissant à Marielle le rôle ingrat de délivrer seule notre bonne parole au Conseil de Paris. Vous imaginez un duo de choc entre ces deux personnalités, certes chacune à sa manière représentant la modernité féminine. Duo de choc en effet. Et que d'étincelles en perspective quand l'une, totalement absente de la campagne de son propre camp, hormis au premier rang des meetings, minaudant devant les caméras, se lance publiquement dès le matin du second tour dans une diatribe indécente et totalement disproportionnée à l'égard de l'autre, fragilisant encore davantage l'hypothèse de son élection, pourtant obtenue en allant chercher le voix une par une avec les dents. Est-ce vraiment cela que vous imaginez ? Flatteuse perspective s'il en est ! Et c'est donc à vos yeux Quitterie, dont les face à face médiatiques avec nos adversaires ont montré la profonde et logique inexpérience et l'absence criante de fond, que vous envisagez pour porter notre voix dans ce contexte des plus concurrentiels ? Pour mémoire, jusqu'au municipales, les fédérations des deux principaux partis étaient tenues par Patrick Bloche et Philippe Goujon, deux personnes dont on peut contester les choix et la rouerie, mais pas le poids politique.... Des personnes face auxquelles notre Quitterie ne pèserait pas bien lourd, je vous l'assure. Il ne suffit pas de paraître devant les caméras et de dénigrer son propre camp, facilitant ainsi le travail de l'adversaire pour diriger une Fédération. Il faut au contraire, avec modération et véritable volonté de rassemblement, mettre chaque jour les mains dans le cambouis et maîtriser chaque aspect de la vie et de l'organisation politique, tenir la barre dans la tempête et, justement, ne pas changer tout l'équipage à la première brise. Et cela, même si des corrections sont à apporter, seule Marielle est à même de le réaliser. Je comprends votre désir de jeunesse (et je ne suis pas vieux...), mais toute l'histoire politique le montre, avoir sa seule fraicheur et son impatience en bandoulière ne donne en aucun cas un certificat de vertu et de compétence. Et, dans le cas qui nous occupe, je vois davantage de maladresse et d'indécence que les contours du projet fondateur que vous appelez de vos voeux.

12:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je découvre votre blog et, par conséquent, la reprise de ce commentaire que vous aviez formulé sur le mien.

Je copie ci-dessous ce que je vous ai répondu sur ma page, puis formule ensuite quelques précisions:

"Je vous répondrai plus amplement dans les jours qui viennent. Je réfléchis beaucoup en ce moment. Réflexion nécessaire avant de vous livrer une réponse, justement.

Sachez juste, en guise de mise en bouche, que je suis membre d’une famille politique et que j’entends bien voir ma famille politique tout entière capable de s’unir et de travailler ensemble. Le premier voeu que je formule, justement, c’est de ne pas se livrer à une “chasse aux sorcières” et d’être capables de s’unir, toujours plus. Sans quoi, il ne sert à rien de prôner la même chose pour la France tout entière!"

Maintenant, les "quelques précisions":

- le ton de votre commentaire pourrait laisser croire que je suis un anti-Marielle-de-Sarnez notoire. C'est une erreur. Je lui suis loyal et reconnaissant pour beaucoup de choses, notamment pour la campagne qu'elle a orchestrée d'une main de maître pour François Bayrou et qui nous a permis d'en arriver là où nous sommes aujourd'hui. En outre, j'ai perdu deux ou trois kilos à faire - intensivement - campagne pour elle aux dernières législatives dans le 14è arrondissement. Chose que je ne regrette absolument pas. Au contraire, je suis fier d'avoir participé à cette aventure passionnante qui s'est soldée par un très bon résultat à l'issue du premier tour, le 10 juin 2007.

- Concernant l'indécence, chacun jugera par lui-même. J'aurais plutôt dit l'audace...

- Quant à la maladresse, la naïveté ou tout autre travers de cet acabit, je rappelle ici ma devise: "l'espoir lucide". Et, pour aller plus loin, je citerai volontiers Marielle - comme quoi! - à la page 14 de son "Féminin Singulier":
" Quand il n’y a plus de lucidité, il n’y a plus d’exigence, plus d’éthique et, surtout, plus de responsabilité".
Cette phrase, je la porte au coeur, au corps et à l'esprit. Et ce n'est pas un hasard si elle vient de notre unique Conseillère de Paris...

Qui l'eût cru?!

A bientôt sur la toile,

Nicolas Vinci

Écrit par : Nicolas Vinci | 25/03/2008

Etre démocrate aujourd'hui tout en gouvernant efficacement et justement: c'est possible avec le collectif Ensemble maintenant!

A très bientôt pour la présentation d'un nouveau projet politique et
organisationnel pour la Fédération de Paris!

Ensemble, Maintenant!
Pour un renouveau démocrate.

"Au sein de cet environnement instable et turbulent, un seul élément reste constant: le changement." Dalaï-Lama

Écrit par : Ensemble, Maintenant! | 26/03/2008

@Benjamin: J'ai répondu chez moi!

Écrit par : Nicolas Vinci | 26/03/2008

Les commentaires sont fermés.